Lubrizol

Read in english

Je n’ai pas pu aller travailler cette semaine, quelque chose comme une grippe. Et jeudi vers 6h00, ma sœur m’envoie un SMS « incendie à Lubrizol ». J’allume la radio. En effet, l’une des usines de produit chimique les plus dangereuse de la région brûlait déjà depuis plusieurs heures. Et rien. Aucune sirène n’a retenti avant 7h30 pour alerter la population. Tout le monde a pu dormi tranquillement.

Nous avons calfeutré la maison tant bien que mal et attendu. Dehors une forte odeur d’hydrocarbure. La poussière noire au sol. Les traces huileuses çà et là.

« Ça sent la mort » comme dit mon fils.

Jean-Jacques Rousseau a bien voulu m’aider à exprimer mon désarroi et mon sentiment d’impuissance.

Only registered users can comment.

  1. Quelle tristesse que ce genre de chises arrivent, mais rien d’étonnant quand on voit avec quoi l’homme joue pour son petit confort.
    Quand je vois une personne comme toi qui met tout place depuis des années pour vire le plus en harmonie possible avec l’environnement qui nous entoure, avoir ses effort reduit a néant en quelques heures. Ça donne a réfléchir sur notre société. Ça me conforte dans l’idée de continuer a vouloir m’améliorer a vivre tjrs plus simplement et avec moins. Et en même temps cela fait douter et ce dire à quoi bon tant d’effort ?

    1. J’avoue que je suis en pleine réflexion sur le sujet. Je me dis que qu’on fait depuis des années est bien, mais on voit bien que c’est insuffisant. Finalement, je crois que notre devoir, c’est aussi de mettre la pression sur les pouvoirs publics pour être protégés dans notre vie quotidienne, pour réduire les émissions de CO2, arrêter le nucléaire etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *